le jeu des incohérences et autres contradictions sociétales

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'politique'

de nos politiques ou de leur quasi-inutilité

Posté : 28 mars, 2009 @ 2:47 dans politique | Pas de commentaires »

Un ex-ministre de l’éducation nationale s’extasiant du bon état général de ce ministère (« je vais bien , tout va bien ») à l’émission « Riposte », un parti socialiste qui somnole soit dans l’auto-satisfecit soit dans les guerres de clocher , un président de la République plus bling-bling dans le cyberspace qu’efficace dans le monde réel….Les critiques pleuvent….Ils ne sont que nos élites , c’est-à-dire là pour que le peuple (d’en bas) survive et qu’eux puissent vivre bien voire très bien…Ils ne sont d’ailleurs que la cour….Les vrais rois à qui ils offrent leurs courbettes sont autres : les grands du medef… Et c’est ainsi que par pure démagogie (vers le haut cette fois) le parti socialiste s’oriente vers la sociale-démocratie.Ils deviendraient de droite s’ils le pouvaient pour mieux les amadouer…Aucune prise de décisions sans les concerter, aucune autonomie réelle , aucune marge de manoeuvre ,coincés entre le medef et Bruxelles….A quoi servent-ils dans ces conditions ? Il n’y a plus de divergences idéologiques…On veut une société consensuelle ,une société lisse où tout va pour le mieux..Il est très malvenu en effet d’entrer dans la polémique : pourtant c’est la définition même du politique… Ceci dit y-a-t-il vraiment de divergences entre eux: ils sont issus du même monde (à part quelques exceptions qui d’ailleurs ne s’en remettent pas comme Bérégovoy) ,sortent des mêmes écoles ,se tutoient….L’amour du pouvoir compte plus que les idées que l’on défend ,l’important pour un politique c’est de se trouver au bon endroit (= dans le bon camp) au bon moment(prenons l’exemple de Kouchner dans le gouvernement).Souvenez-vous des retournements de veste politiques de Mitterrand: elles l’ont mené au sommet…C’est ainsi que l’on se retrouve dans une société uniforme ,où la notion de contre-pouvoir se trouve diminuée. Syllogisme de base: le politique est inutile pour le peuple, le peuple nourrit les politiques, le politique est un nuisible pour le peuple….

des classes sociales et de nos élites

Posté : 16 mars, 2009 @ 10:38 dans politique | Pas de commentaires »

1) de l’importance des réseaux:

N’avez-vous jamais remarqué la propension du peuple français à toujours regarder son voisin , à le critiquer,pensant qu’il jouit de privilèges qu’il ne possède pas ? C’est ce qui nous amène à une France qui se scinde:entrepreneurs contre employés , gens du privé contre fonctionnaires. Cette scission fait cliché certes mais elle n’est pas si éloignée de la réalité que cela. Mais pour comprendre le fonctionnement de la société, il faut partir de la base.Analysons cette grande maison qu’est l’anpe , chargée selon un discours officiel de réinserer les chômeurs : tout le monde ou presque s’accorde à dire qu’elle est inefficace. Oui car le marché du travail ne s’effectue que très peu en fonction de compétences ou consciences professionnelles. Il se gère en fonction des réseaux. Pendant les 30 glorieuses , l’ascenseur social marchait encore. Mon père, à l’époque , mettait un point d’honneur dans sa vie à avancer seul ,à évoluer sans l’aide de personne.Cela correspondait aussi à un caractère indépendant et libre. Aujourd’hui ,il faut être franc-maçon , avoir des relations dans les milieux fortunés,appartenir à une famille politique ou à une association , à un lobby quel qu’il soit,être syndiqué , bref tout ce qui participe de la cooptation.Dans une émission de télé, on débattait au sujet d’un livre intitulé »fils de ».Une chroniqueuse joua les offensées , s’indigna de cette thèse du piston , affirmant que si ce « fils de »n’était pas compétent,il se trouvait sur un siège ejectable. De qui se moque-t-on ? A -t-on la même vivacité pour éconduire un inconnu ou celui qui appartient à une famille puissante ,actionnaire majoritaire de l’entreprise de surcroît ?

Ce système des réseaux suppose de se rendre moralement dépendant d’une organisation où chacun est censé rendre à d’autres les services qu’on lui a rendu. Un petit monde très solidaire mais aussi très aliénant. Avoir l’esprit d’initiative quand on veut devenir entrepreneur c’est bien mais entouré des bons amis c’est mieux.Pour ceux qui aiment l’indépendance d’esprit , ce carcan peut vite s’avérer une prison dorée . Nous nous trouvons donc dans une société aliénée qui ne laisse place qu’à des démarches officieusement collectives et non individuelles . Plutôt que de pointer du doigt les rmistes ,les réseaux ne sont-ils pas les premiers discriminateurs du marché de l’emploi? Pardon ,ce ne sont que de petits arrangements entre amis……

 

2)le peuple et les élites:

La notion de classe moyenne s’érode de plus en plus. L’écart se creuse davantage entre les détenteurs des capitaux et les « travailleurs ».Il y a le peuple et les élites. Le precieux cercle des happy few  tente par des codes grossiers à rester à part. Leur argent leur suffit pourtant à se dépareiller du commun des mortels. Mais cela ne leur suffit pas . Je vais prendre pour exemple leur manie à vouloir des femmes grandes…..je ris du formatage:grandes,minces et blondes de préférence. Incohérence là encore:quand on est en haut d’une pyramide on est sensé être plus intelligent ou du moins plus secondaire….Il n’en est rien.Ils se servent de la beauté des femmes comme signe d’appartenance à une caste ,elle n’est plus considérée comme un être mais comme un révélateur de pouvoir.Je suis (ou je me sens )important parce que j’ai une belle femme…Cela fait penser à une société patriarcale d’une grande primarité :la superiorité par l’apparence,on est grand et donc supérieur aux autres….A quand la supériorité de l’esprit?A quand la suprématie de l’être sur le paraitre? Vite s’il vous plaît,il est plus que tant  à l’orée de ce troisième millénaire………

de la mixité sociale

Posté : 16 mars, 2009 @ 10:27 dans politique | Pas de commentaires »

Grand concept à la mode : la mixité. On veut apaiser les tensions entre les groupes sociaux en soutenant ce principe  utopique de fraternité entre les gens. Faire vivre ensemble des gens qui n’ont aucun point commun véritable :une véritable gageur? Non,juste une impossibilité.Plus je connais la nature humaine plus je trouve que les gens ont un penchant naturel pour le repli-sur-soi ou le repli sur les »mêmes que soi »,repli de protection primitive,on reste en caste…

On demande à la classe moyenne de cohabiter .Le prix des terrains étant élevé ,les gens vivent de plus en plus les uns sur les autres.Mais qu’y-a-t-il de commun entre un couple d’enseignants et des petits jeunes de milieux populaires ,propriétaires d’un rottweiler(travail dans la sécurité oblige) et écoutant du rap à fond?Les codes ne sont pas les mêmes et ils cohabitent pourtant….Vive l’heterogenéité , vive la parfaite acceptation de l’autre…pour le peuple!! Ce bel élan de fraternité peut vite dévier: les voisins parfois se haissent d’avoir trop cohabité , les sons et les modes de vie se lassent de s’être trop mixés ,la différence devient un prétexte à la violence……La complexité de la mixité s’exprime bien dans « la crise  » de Colline Serreau ou dans « le goût des autres « d’Agnès Jaoui….L’esprit de compétition de nos sociétés modernes ne fait qu’amplifier ces dérives  :il faut toujours qu’on classe les gens dans une classe sociale ,dans un niveau de culture ou dans un niveau de richesse…..A force ,on se sent toujours l’inférieur d’un autre , le « con » d’un autre…Comme un prisme qui ne ferait que grossir les différences pour mieux mettre en relief les imperfections des uns et des autres…..

Incohérence là encore ou « faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais »……Nos élites sont loin d’être des modèles pour ériger le principe de mixité en vertu…Ils prônent la mixité mais ils ne vivent qu’entre eux. Le racisme les dégoute car c’est politiquement incorrect et immoral mais ils n’ont jamais eu à subir les différences socio-culturelles des uns et des autres. Leurs enfants non plus d’ailleurs:ils fréquentent les mêmes écoles.C’est la différence entre l’abstraction d’un concept et sa réalité…C’est la différence entre le peuple qui doit subir et les élites qui peuvent choisir….  Le « vivre-ensemble » doit aller de soi mais pas pour eux….Or quand on impose un modèle social aux autres , le mieux c’est d’en faire soi-même l’experience. Ces grands élans utopiques et fraternels ne seraient-ils pas un moyen de mettre des grands mots sur des réalités complexes et difficiles à gérer? Ne serait-ce pas un moyen d’obliger les gens à cohabiter (alors qu’ils n’en n’ont pas envie pour la plupart!) ,devrais-je dire à se serrer les uns sur les autres en offrant dans un discours politique forcément habile la recette suprême du bonheur fraternel et solidaire? Ils en arrivent même à nous culpabiliser si l’on refuse cette mixité miraculeuse…Décidemment ,ils sont très forts….Et nous on avale ces recettes ou plutôt ces couleuvres….

 

Ecole de Saint-Rabier |
injustice |
aicpfrance72 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Paulrmiste
| LA FRANCE DU BAS
| SAVOIRS AUTONOMES