le jeu des incohérences et autres contradictions sociétales

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'education'

De la mentalité enseignante

Posté : 31 mars, 2009 @ 9:04 dans education | Pas de commentaires »

Parfois on les critique facilement , ce que je condamne ,mais je dois bien avouer qu’il existe des dérives de comportement disons « corporatistes ».

-Je n’aime pas leur « solidarité » qui n’est qu’une solidarité de corps mais qui ne se voit pas dans les faits .Incohérence en effet:leur tutoiement.Déjà ,par principe  dans le milieu professionnel, je n’aime pas la proximité que cela suppose. Cependant ,si c’était pour signifier une véritable solidarité , je n’y verrais pas d’inconvénient . Or , c’est plus un tutoiement idéologique…et je ne suis pas sûre d’avoir les mêmes idées qu’eux ..Ce n’est pas parce qu’on enseigne qu’on doit forcément être de gauche et appeler ses collègues « camarades »: nous n’avons pas gardé les cochons ensemble ! D’autre part , en tant que jeune prof de français qui de surcroît n’avait pas reçu de formation (prof vacataire) ni d’information sur les programmes , j’avais besoin d’aide…Je demande donc lors de mon premier remplacement à une prof experimentée un exemple de travail sur l’argumentation pour les 3èmes. Elle me dit brièvement qu’elle avait travaillé sur Phèdre….Je peux vous avouer que j’attends toujours de voir ses travauxemoticone! Ils tutoient certes mais ils n’aident pas beaucoup et là je me suis demandée pourquoi….Ils voient en fait dans leurs collègues (elle ne savait même pas que j’étais vacataire et que donc je n’avais aucun statut) un concurrent potentiel….Vous savez ,comme les premiers de la classe qui gardent jalousement le travail effectué…Il est vrai que le système n’aide pas….Les profs sont quelque part d’éternels élèves qui ne sont pour la plupart jamais sortis du système scolaire ! Ils ne connaissent pas la vie active ,vivent en milieu clos (fils de profs,mariés à des profs…) et sont notés  (comme des élèves encore une fois ) par les inspecteurs…Cette dame avait donc peut-être peur que je m’élève plus vite qu’elle dans la hierarchie sociale des profs en copiant son cours qu’elle avait peut-être mis des semaines à ériger en vue d’une prochaine inspection….Elle ne savait pas que je n’avais aucun statut ,que je n’étais jamais inspecté ,que je n’avais pas droit à la sécurité sociale, encore moins de toucher le chomage quand mon contrat se termine…et enfin que j’étais payée au smic (et oui,tout ça pour ça!)

-Je n’aime pas cette façon condescendante qu’a l’administration de nous dire qu’il faut passer des concours! J’ai fait une classe prépa (dite l’élite de la nation,cela me fait bien rire une élite au chômage!!Rire ) J’ai passé 2 fois le capes ,ce qui suppose un travail de bachotage acharné pendant 2 ans…j’ai eu l’écrit mais on ne m’a pas donné l’oral..Qu’y puis-je ? Quand je pense que certaines classes d’age ont été titularisées d’office et que ce sont elles qui nous donnent des leçons aujourd’hui….

-Je n’aime pas ce corporatisme aveugle, où l’on soutient n’importe quoi et n’importe qui sous pretexte que l’on appartient au corps professoral…Ils n’ont aucun regard critique sur les méthodes qu’on leur demande d’employer (cf article sur le contenu des enseignements) , ils n’ont aucun regard critique sur le comportement de certains collègues et surtout ils donnent des leçons de morale au reste de la société notamment aux gens du privé….Ma mère ,prof aussi mais qui a fait une carrière auparavant dans le privé dans le domaine des retraites fut consternée d’entendre à propos du sujet brulant sur les retraites: »s’ils ne sont pas contents ,ils n’ont qu’à cotiser plus »…Je ne m’étendrai pas sur le débat que suppose ce genre de reflexion infantile et irresponsable et surtout qui prouve leur méconnaissance totale des sujets complexes!!

Etre professeur des écoles et continuer à appliquer la méthode de lecture semi-globale est une honte:ils savent pertinemment que c’est une méthode qui ne marche pas ,disperse l’élève plus qu’il ne le structure…Mais ils continuent pour être dans le moule, suivre comme un gentil soldat les préceptes des inspecteurs d’académie….Bref:ils préfèrent leur avancement au progrés de leurs elèves:quelle lâcheté ! Certains sont courageux:des profs de français continuent à faire des dictées à leurs élèves alors qu’ils n’en ont plus le droit…il faudrait que la conscience pédagogique soit plus répandue dans cette profession…Il faudrait qu’ils mettent leurs idéologies politiques de côté (l’école devrait être un lieu apolitique!) et qu’ils n’emploient que les méthodes qui marchent (et non des méthodes dites de droite ou de gauche!)

-Enfin,je n’aime pas ces mécanismes de défense dès lors qu’on parle de leur travail et là je parle en tant que parent d’élève….On ne peut rien leur dire , pas même de demander de changer notre enfant de place parce qu’il est à coté de quelqu’un d’agressif ou qu’il parle trop…. « vous n’avez pas à me dire ce que j’ai à faire dans MA classe »! Prétention ou aveu d’être un caractériel profond? Entre ingérence et écoute parentale (les parents ne disent pas que des idioties) il y a un juste milieu…Or, ils se trouvent être très susceptibles…Pour qui se prennent-ils ? Ne parlons même pas des enseignants qui se vengent sur les gamins dans un excès d’immaturité avérée et de malveillance certaine…J’ose esperer qu’ils ne sont que des exceptions !

des élèves et de leurs parents

Posté : 30 mars, 2009 @ 9:42 dans education | 1 commentaire »

Les élèves aussi ont une part de responsabilité dans la dégradation de l’éducation et derrière eux biensûr leurs parents.

Il y a quelques années , une campagne était lancée pour tenter de réinstaurer la notion de respect du professeur dans les établissements.Un comédien de renom rappelait que les élèves devaient dire « bonjour » et « au revoir » à leur prof quand ils entraient et quittaient une salle de cours….Comme si c’était le noeud du problème!! Mon expérience de prof m’a montré que les élèves étaient polis,mais par pure convention….Ils me disaient bonjour en entrant mais sitôt le cours commencé , les bavardages incessants commençaient…..Tant que la politesse ne sera qu’une apparence et non un respect véritable du statut de prof et de la connaissance en général , ce genre de campagne ne peut être qu’un coup d’epée dans l’eau ! J’eus preferé en tant que prof qu’ils eussent  »omis » de me dire bonjour mais qu’ils eussent écouté attentivement mon cours et eussent du respect si ce n’est pour le prof , au moins pour le savoir transmis ! Incohérence là encore:le respect ne doit pas être quelque chose d’imposé mais de compris .Et cela commence dans le cadre familial! Quand les enfants entendent de leurs parents que les profs sont des paresseux,comment peuvent-ils les respecter….Quand ils entendent de la part de parents aisés que les profs  sont des « petits » de la société avec leurs petits revenus, comment leur inspirer alors dignité et respect ?

Cependant peut-on vraiment leur en vouloir ?Certains sont fils d’artisans et de commerçants et reprendront l’entreprise familiale…Ont-ils besoin de Racine pour avoir le sens des affaires ? La culture ou le savoir ne sont plus une valeur en soi..elle n’est pas rentable…Aujourd’hui, c’est l’argent qui prime…Le plaisir gratuit de la connaissance , l’effort à fournir sans rentabilité ne font plus partie de ce monde.L’attitude des élèves n’est que le pâle reflet d’une société sous-cultivée…

On parle beaucoup de redonner une place de choix aux parents , un droit de regard voire d’ingérence dans notre travail…Or, les remarques parentales dans mon experience se sont toujours révélées inopportunes , inexperimentées (et pour cause) et avec une propension à niveler les exigences vers le bas. Ces pauvres petits , on les fait trop travailler ou on leur fait étudier des textes trop difficiles , ce ne sont que des enfants (ces mots ont été véritablement entendus!!). Les élèves me demandaient: pourquoi n’étudions-nous pas des oeuvres de notre choix et donc qui nous plairaient davantage ? S’ils n’étudient pas nos classiques à l’école , les liront-ils un jour d’eux-mêmes ?Laissez-moi en douter…Un jour j’ai donné une explication de texte de Racine à une classe de seconde…Un parent d’élève m’a « informé » que c’était trop difficile pour eux…Ce n’était pas un contrôle mais un simple devoir  corrigé en classe le lendemain!! Comment s’élever en se complaisant dans la facilité? De la même manière les parents contestaient mes choix disciplinaires:aucune retenue n’était légitime pour leurs bambins ! C’est la génération des enfants rois! Une gamine copiait les autres et parlait beaucoup :Je la sanctionne.La mère me voit aussitôt et conteste son copiage (alors qu’il était avéré) .Quant au bruit,elle me répond que c’est une question d’adaptation et que les enfants doivent s’habituer au bruit!!!emoticone cette dame n’était visiblement pas une éducatrice dans l’âme et ne s’apercevait même pas qu’elle ne rendait pas service à son enfant en soutenant ainsi ses impostures et son manque de discipline plus globalement…Si nous disons noir et que les parents disent blanc ,les gamins sont perdus ,ils ne distinguent plus les mauvaises attitudes des bonnes et s’ils les distinguent, ils savent que leurs fautes de comportement seront cautionnées par les parents ! Or les enfants ont besoin de repères ,ont besoin qu’on leur pose des limites , ont besoin de se référer à une autorité adulte , autorité QUE L’ON NE PEUT DISCUTER ,PAS MEME LES PARENTS SINON LA CREDIBILITE N’EST PLUS!!

Tout ceci m’amène à la conclusion suivante: nous assistons à une véritable dévalorisation du métier d’enseignant dans notre société et nous sommes tous responsables! Il faut réinstaurer l’autorité (les choix disciplinaires ne doivent être discutés ni par la hierarchie ni par les parents !).Il faut réevaluer les salaires:quand on est considéré comme des petits dans la société , les parents sont plus tentés de formuler les critiques ,assimilant ainsi le niveau de revenus au niveau de compétence…(avez-vous eu envie de contester l’ordonnance d’un médecin? à méditer….)

On ne veut plus d’une classe enseignante intellectuelle…Elle doit être à l’image du public que l’on reçoit:hétérogène….on observe d’ailleurs un certain racisme à l’envers.. Une prof déplaisait aux gamins parce que selon eux elle faisait trop « sa belle »…Les profs qui font trop « bourgeois » sont montrés du doigt! Il faut être passe-partout! Je vous l’accorde: une personnalité et une compétence ne se définissent pas par les vêtements que l’on porte..Mais justement!! Je ne suis pas une animatrice devant plaire à un public.Je n’ai pas envie de changer mes habitudes vestimentaires pour avoir une « pax schola »! C’est le début d’une perte d’identité ,d’une perte d’autorité , d’une perte de liberté. A preuve du contraire , c’est moi qui tiens les rênes , en tailleur ou en jean,n’en déplaise aux élèves!!

 

du contenu des enseignements

Posté : 30 mars, 2009 @ 12:13 dans education | Pas de commentaires »

Le monde change , c’est vrai. Maitriser l’outil informatique , connaître parfaitement l’anglais et bientôt le chinois s’imposent aujourd’hui. En faut-il pour autant négliger les enseignements fondamentaux ,surtout dans les écoles primaires ? L’acquisition d’une culture dite « classique » est-elle si inutile aujourd’hui ? J’ai remarqué (pour avoir un enfant en primaire et pour avoir enseigné dans le secondaire) que le niveau est médiocre,en tout cas pour ce que je connais c’est-à-dire le niveau en français.Le niveau est déplorable dans le CONTENUdes programmes : réinstaurons un véritable contenu et le progrès se fera sentir…Mais le niveau est déplorable aussi dans les METHODES employées….Au CP par exemple , on apprend toujours à lire ,oui ,mais de quelle manière!! Les enfants ne sont plus guidés par une méthode rigoureuse , à la fois répétitive et précise. Je ne suis pas passéiste mais la méthode globale ou semi-globale est un non-sens,une ineptie remplie de fausses bonnes intentions! Les enfants apprennent un mot par coeur  sans même savoir lire une syllabe et sans comprendre dans quel contexte précis il s’emploie ou sans savoir quelle est la nature de ce mot!emoticone

Ce flou pédagogique disperse les enfants et donc leur capacité de concentration! Ils ne comprennent pas ce qu’ils apprennent puisqu’il n’y a aucune logique véritable dans les apprentissages…Face à cette flagrante incohérence ,une question se pose alors: pourquoi ?

-est-ce pour augmenter le nombre d’analphabètes? Les étudiants seront ainsi moins nombreux à se présenter aux portes de l’université (eh oui,ils sont trop nombreux)!!

-est-ce par paresse :il est en effet plus difficile pour un enseignant d’être rigoureux et logique, plus lassant aussi de s’obliger à des exercices répétitifs?

-est-ce pour soutenir leur ministère: désobéir aux consignes de l’inspecteur pouvant faire chuter leur note pédagogique ?

Mon incompréhension sur l’usage de cette méthode est totale.Si j’étais instit,jamais je ne laminerai mes élèves avec ce genre d’inepties!!J’ai demandé à une instit qui prenait sa retraite le pourquoi du comment..Elle me répondit qu’elle ne voulait pas » entrer dans la polémique ». Or, »entrer dans la polémique » est l’attitude intellectuelle par excellence…Toujours avoir un regard critique sur ce que l’on enseigne….était-elle une adepte du politiquement correct? n’a-t-elle pas envie de réfléchir sur les méthodes employées et surtout sur leur efficacité? obéissance suprême au grand manitou ,même à l’aube de la retraite ? Pire ,peut-être est-elle une fausse intellectuelle qui se contente d’appliquer et non de débattre?

C’est ainsi que j’ai pu m’apercevoir dans ma petite experience de prof du niveau lamentable des 6ème :

-ils ne connaissent pas les bases de leur langue , lacunes qui ne seront que difficilement voire pas du tout rattrapées

-les enfants n’ont plus le sens de la langue:ils l’ont apprise comme un code phonétique et non comme  une véritable structuration de la pensée

-Comment dans ces conditions pourront-ils au lycée apprécier les finesses de la littérature française ?

Devant le découragement logique des élèves , on propose de varier les supports ,entendez par là des textes accessibles qui plaisent aux enfants (BD,harry potter) pour qu’ils stagnent dans leur médiocrité…..

Je n’ai pas envie en tant qu’enseignante de faire quelque chose qui plaise (je ne suis pas animatrice au club med !) mais au contraire j’ai  envie de leur permettre d’élever leur pensée ,de leur ouvrir l’esprit ,de leur montrer ce que peut être un texte exigeant….NO COMMENT….

de la formation de nos jeunes

Posté : 29 mars, 2009 @ 1:13 dans education | Pas de commentaires »

Incohérence : les enseignants ne croient pas eux-mêmes en la qualité de leur enseignement…Pour preuve: l’abandon quasi unanime du redoublement.Or , il supposait ceci : il était important d’acquérir un certain niveau pour passer en classe supérieure.

Si l’on suit le raisonnement jusqu’au bout , cela signifie qu’avoir (ou pas) un certain niveau n’a plus d’importance. On se range derrière l’idée confortable qu’un redoublement s’avère souvent inefficace…N’est-ce pas plutôt la teneur des enseignements qui sont inefficaces pour former nos jeunes pour une arrivée solide sur le marché du travail ? N’est-ce pas plutôt une manière de vite se débarasser  de certains élèves dits perturbateurs? En tant que prof , j’ai entendu dire lors d’un conseil de classe qu’il ne fallait pas faire redoubler un élève parce qu’on allait se « le coltiner une année encore » !! Les délibérations ne se font donc pas pour le bien de l’élève mais pour le confort du prof ! Drôle de pédagogie ! Le corps enseignant sait de sucroît qu’il aura l’aval des parents: dans l’inconscient collectif , c’est une honte de redoubler…Oui mais c’est avancer pour mieux reculer , les problèmes arriveront tout de même et de manière amplifiée tôt ou tard! Et c’est ainsi que l’on se retrouve avec des élèves qui poursuivent une scolarité sans encombre jusqu’au bac et qui ne comprennent pas leur échec lors de la première année d’étude supérieure!

Les études ne sont pas un long fleuve tranquille , il faut arrêter d’être hypocrite ,à commencer par les parents!

Ne pas être franc avec les élèves , préferer un 80 pour 100 de réussite élogieux au bac au détriment du parcours qualitatif d’un élève , ne pas se soucier de son avenir post-bac , constitue la première des violences de la société à son encontre…

Il va de soi que je réfute totalement la comparaison infondée entre le modèle français et le modèle finlandais. Leur système de notation est plus large (A,B,C,D) , le redoublement inexistant et le niveau scolaire un des meilleurs d’Europe…Certes mais il faut comparer ce qui est comparable! Y-a-t-il dans ce pays les mêmes écoles élitistes? Y a-t-il le même taux de chômage? La mentalité globale de la population n’est-elle pas plus disciplinée que la France?  Cette recette n’est donc pas applicable à la France…..Quant à la notation , je maintiens que lorsqu’on enlève la carotte , le bâton (en l’occurrence le redoublement) devient inutile…La carotte ,c’est passer d’une classe à l’autre et il faut fournir des efforts pour y parvenir! Ne soyons pas incohérents alors et ne nous plaignons pas si nos élèves n’ont plus le sens de l’effort!! Rares sont ceux qui l’ont de manière innée ,il faut des motivations….

Mais la notation ne suffit pas ! C’est tout notre système qu’il faut revoir! Nos jeunes ne sont plus motivés surtout parce qu’ils savent que souvent leurs efforts ne seront pas récompensés ! On donne des diplômes dans le supérieur qui pour certains n’ont aucune incidence sur le marché du travail! Ne vaudrait-il pas mieux orienter les formations en fonction des besoins du marché ? Ne vaudrait-il pas mieux regarder la première carotte qui manque dans ce pays ,c’est-à-dire le travail ? Peut-on exiger des jeunes élèves ce qui manque chez les adultes dans notre société ?

Parlons maintenant des filières du supérieur…..Dans ma candeur habituelle , je ne savais pas que la fac était une voie de garage ou une usine à chômage comme je l’entends beaucoup maintenant..Pour moi , c’était une filière de qualité avec des enseignants de qualité , ce que je pense toujours d’ailleurs! Mais je dois maintenant pointer du doigt des manquements évidents! Tout d’abord ,pour les filières qui conduisent à l’enseignement, les efforts devraient dès le deug  se porter sur les futurs exercices du capes et non sur des exposés relativement creux qui ne sont que la reproduction en plus fade des travaux de recherche d’un maître de conférence…Certains profs comprennent l’objectif concours pour les étudiants ,d’autres s’en préoccupent moins……Et le niveau de rigueur et d’exigences est alors tout autre!! Ne perdons jamais de vue l’objectif principal des études: outre de se cultiver ,il doit donner un emploi !! D’autre part ,il devrait être permis aux étudiants de connaître la qualité de leur fac , mais les statistiques dans ce domaine restent un tabou en France…Rendre l’université payante? Cela reste inconcevable , elle doit être ouverte à tous…Mais ce système ,il faut bien l’avouer, fait rimer démocratie avec démagogie, université avec médiocrité. Il n’y a pas de concurrence donc pas de véritable moteur pour un dépassement toujours positif des compétences et des ambitions que les chercheurs se sont fixé pour eux et pour leurs étudiants…

Enfin , j’ai pu me rendre compte de l’ineptie de certaines filières…S’il n’y a pas assez de place dans l’enseignement pour tout le monde pourquoi ne pas instaurer des quotas comme en médecine…Il vaut mieux moins d’étudiants dans les filières mais que ceux-ci soient assurés de trouver un emploi dans leur domaine!! Souvenez-vous de la situation ubuesque pour les futurs profs de sport: TROP NOMBREUX , BEAUCOUP SE RETROUVAIENT SANS POSTE AVEC POURTANT LE CAPES EN POCHE!!

Si une réelle relation avec le monde du travail existait , imaginez la levée de boucliers des enseignants si certaines filières avaient moins de succès…..Suppression de certaines heures d’enseignement? Voire suppression de certaines filières…Pas de mots grossiers s’il vous plaît !J’ai déjà pu m’apercevoir du caractère défensif des enseignants dans un collège concernant l’étude des langues mortes…D’une manière officielle ,ils défendaient leur matière pour la culture qu’elle apporte…D’une manière officieuse, la désaffection des élèves pourrait entraîner des suppressions de postes. Douter de l’interêt actuel d’une matière ou d’une filière reste un tabou dans le monde de l’éducation….

Pourquoi ne pas développer les doubles filières , pour que nos étudiants aient plusieurs cordes à leur arc! Bonne idée si on reste au courant des formations demandées par les entreprises qui fluctuent et évoluent selon le marché (evolution des technologies de développement durable par exemple…). La qualité de nos conseillers d’orientation est donc primordiale..Or ceux-ci n’ont souvent aucune connaissance du monde de l’entreprise ni du marché du travail tout court…Ce sont souvent des profs qui viennent à ce poste pour se « reposer » de l’enseignement!! Formons mieux et autrement nos conseillers d’orientation,recrutons -les pourquoi pas dans le monde de l’entreprise…

C’est ainsi qu’aujourd’hui ,tout jeune « averti » (et pas par un conseiller d’orentation) choisissent des cursus courts mais avec » séléction sur dossier » (le mot est lâché) et surtout plus en rapport avec le monde du travail (bts ,dut)….Les très bons élèves continuent à priser les meilleurs écoles d’ingénieur,de commerce ou les grandes écoles comme science-po ou l’ena.Qui reste-t-il à la fac??

Une autre question se pose alors: peut-on encore choisir ce que l’on désire faire? On ne peut plus choisir en fonction de ce qu’on aime faire mais en fonction des desiderata du monde du travail. Les titres des hebdomadaires à ce sujet sont éclairants: » les diplômes qui donnent un emploi ». Peut-on encore parler de vocation ou de plaisir dans l’exercice d’un métier? Il faut perdre cette illusion…Cependant ,j’aurais aimé être renseignée en temps et en heure par l’éducation nationale plutôt qu’en lisant la presse…..L’éducation nationale serait-elle avare de renseignements? Suis-je bête, les « avertis » ,eux , sont au courant…Cela s’appelle  la séléction officieuse…

de la dure réalité du métier d’enseignant

Posté : 28 mars, 2009 @ 5:50 dans education | Pas de commentaires »

Ce sujet me tient particulièrement à coeur ayant moi-même exercé quelques temps….

Classes surchargées , enfants irréverencieux ou sauvageons , manque de soutien de la hierarchie , parents en flagrant délit d’ingérence dans les choix pédagogiques…….LA LISTE EST LONGUE pour décrire les maux dont souffrent nos enseignants…Ne parlons même pas de l’infantilisation permanente dont ils font l’objet….Ils sont notés pour leur ponctualité ,leur assiduité comme les gamins!! Incohérence pour des gens qui ont des bac+3 ,+4 +5…….Note-t-on un médecin ? Quelqu’un de son ordre vient-il vérifier une fois par mois s’il a établi les bonnes ordonnances , s’il a administré trop ou pas assez de médicaments , lui attribue-t-on une note pour déterminer si c’est un médecin compétent ou pas? Vous allez me répondre que le bouche-à-oreille s’en charge…Je vous répondrai que :1/  pas toujours    2/même si c’est le cas il pourra toujours continuer à exercer. Mais s’ il n’a personne sur son dos aussi (et j’ose l’espérer surtout) c’est parce que quand on a fait 8 années d’étude ,on estime que la personne est suffisamment structurée et autonome….Qu’elle saura gérer seule les choses et arriver à l’heure!

Le chef d’établissement est avant tout un gestionnaire , il n’est en rien un supérieur hiérarchique sous pretexte qu’il a réussi un concours dit « plus élevé ». Si chef il doit être , c’est avec les élèves. Or , ils ne remplissent plus ce rôle et les élèves le savent bien.Il n’y a plus la peur du « directeur »…Une fois, j’ai eu affaire à un gamin récalcitrant parce que j’avais eu l’audace de lui donner un devoir supplémentaire.Il est sorti de la classe d’une manière impulsive.C’est moi le professeur que l’on a convoqué dans le bureau du directeur et non le gamin…..De mon temps,quitte à passer pour une passéiste ,c’était l’inverse!! Le « chef » a tout mis sur mon dos: je ne sais pas gérer une classe! A mon époque ,les profs n’avaient pas à « gérer » mais à enseigner….En d’autres termes:soit tu acceptes en permanence les incivilités ,même si ta pédagogie s’en trouve discréditée , soit on te retrousse les bretelles…J’ai démissionné….NON,je ne vais pas perdre mon identité pour me fondre dans un système qui se trouve antinomique avec ma vision du métier! NON je ne resterai pas dans un métier qui me rend plus gardienne d’enfants que prof , NON je ne veux pas faire un métier qui brosse les parents dans le sens du poil, au détriment de mes principes les plus élémentaires de discipline et de pédagogie!

A bas les idées toutes faites sur les enseignants: ils ont un métier formidable et en plus ils ont les vacances scolaires….On ne parle bien que de ce que l’on connaît bien : enseignez , vous en parlerez après….

Le métier est en effet si facile qu’il y a un malaise profond….Si facile qu’une institutrice de 39 ans s’est donnée la mort début mars 2008. Elle était enceinte de surcroît…Des parents d’élèves ont harcelé l’inspecteur d’académie de lettres indiquant qu’elle était trop autoritaire (avez-vous remarqué? On est toujours trop ou pas assez quelque  chose…)Remarquez  l’incroyable courage de l’administration à la nouvelle de ce drame:ils ont étouffé l’affaire et sommé la mairie et l’école de ne rien dire…Heureusement , son mari porte plainte.Heureusement , une assistante maternelle qui travaillait avec elle a parlé et dit qu’elle était irréprochable… La directrice ne l’a pas du tout soutenue dans cette mauvaise passe et l’inspecteur de surrenchérir: « elle avait des problèmes pour s’intégrer dans l’équipe pédagogique ». Elle est morte de la lâcheté de cette institution qui aime le silence et qui ne supporte  peut-être pas les profs qui estiment que la discipline est une condition nécessaire à un apprentissage de qualité……J’ajouterai à cela la froideur de l’administration pour informer les parents : »Madame X est décedée , elle sera immediatement remplacée par une autre institutrice » : aucun mot de compassion  à son égard..C’est tout juste s’ils ne lui en veulent pas d’avoir mécontenté les parents…Brosser dans le sens du poil , c’est presque du clientèlisme…vive le service public!

 

Ecole de Saint-Rabier |
injustice |
aicpfrance72 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Paulrmiste
| LA FRANCE DU BAS
| SAVOIRS AUTONOMES