le jeu des incohérences et autres contradictions sociétales

Bienvenue sur mon blog

Archive pour la catégorie 'culture'

de la culture et de sa place dans la société

Posté : 16 mars, 2009 @ 10:31 dans culture | Pas de commentaires »

On le remarque : être cultivé ne paie plus. Auparavant c’était un atout majeur. Non parce que les gens avaient plus l’amour de la culture et de la connaissance mais tout simplement parce qu’elle était un indicateur social. La bourgeoisie se voulait être cultivée par intérêt, pour prouver son appartenance à un milieu. La preuve, maintenant qu’elle n’est plus utile, elle est   désertée même dans les hautes sphères. Les champs de connaissance se déplacent : on fait des études de commerce,on apprend le chinois,c’est la victoire du « tout économique » sur la culture souvent littéraire dite inutile. Or, la culture, n’est-ce pas ce qui est par essence inutile et non monnayable ? On n’aime plus ce qui est inutile dans notre société.

En tant qu’enseignante, j’eus une remarque révélatrice d’un de mes élèves  à qui  j’enseignais le latin : « Madame, le latin, cela ne sert à rien ! Je préfère aller cueillir des melons dans les champs, au moins je suis payé pour mon travail !  »  Comment lui expliquer qu’il s’agit simplement d’un exercice intellectuel qui va davantage structurer son esprit ?   Q’une meilleure connaissance des origines du vocabulaire de sa langue lui permettra de mieux la comprendre ? Mon discours était totalement anachronique et je le savais…. Dans un monde où tout doit être rentable, la connaissance gratuite n’a que peu d’intérêt……

Je connais un entrepreneur bien dans son temps et qui réussit très bien. Son profil aussi est bien de son temps : c’est un killer, avec un sens affûté des affaires. Mais ne lui demandez pas de regarder un film en v.o : trop prise de tête… ou encore parlant d’un de ses employés : « lui,il a du charisme, il est carré »…. Ne parlons même pas de la connaissance de Descartes ou de Goethe, ils ne sont d’aucun secours dans le monde des affaires. Voilà un des profils d’aujourd’hui : incultes et arrogants par leur réussite. Ils pensent que les autres sont idiots car ils ne réussissent pas comme eux et donnent de surcroît des leçons de morale. La société leur donne raison : ils ont l’argent et l’argent c’est le pouvoir. Or, plus on est cultivé, plus on sait qu’on ne sait rien ou presque. La culture, c’est aussi l’apprentissage de l’humilité.

La culture est intimement liée au concept démocratique. Dès qu’historiquement on s’est vu placé sous un système, disons moins démocratique, la censure apparaît, même inavouée et d’autant plus pernicieuse. La propagande n’est plus remise au goût du jour, non, trop primaire et voyante. La pensée unique s’infiltre grâce au contrôle des médias par le pouvoir, elle oriente la vision des choses,uniformise l’esprit critique. Peut-on même alors parler de « pensée » même unique ? Les hautes sphères prennent les opinions à la mode, les divers témoignages de la rue pour mieux asseoir leur discours démagogique. A bas les idées, vive les opinions ! Eh oui, le philosophe n’existe plus, son indépendance intellectuelle fait peur,  on le met au ban. Il veut revenir dans la société et descendre de sa tour ? Qu’à cela ne tienne :qu’il soit au service de la politique, qu’il affiche clairement ses accointances et choisisse son camp. Qu’il réfléchisse utile ! Tout doit être rentable ! On parle de liberté de pensée ? Répondons libéralisme ! On parle d’indépendance d’esprit ? Répondons alliance. Que fait-on dans ces conditions du droit intellectuel au doute ? Que fait -on du fait qu’une réflexion philosophique peut conduire à un changement d’idée ? Incohérence encore : on nie la définition même de la philosophie : une pensée n’est jamais figée mais toujours en mouvement, elle doit avoir la liberté d’évoluer…

Le choix du mot philosophe m’amène au fait divers où un professeur de philosophie a subi les foudres d’extremistes parce qu’il avait décrié le Coran. En France,lorsque l’on émet des idées qui ne sont pas politiquement correctes,on doit se cacher sous peine d’encourir une mort ou plutôt une mort de la pensée ? Ceci  est grave mais prévisible de la part des extremistes. Mais comment qualifier l’incohérence de la réaction du corps enseignant? Comment une profession dite intellectuelle peut-elle ne pas soutenir ce professeur ? Quel que soit leur avis sur le coran, comment ne pas soutenir la liberté d’expression, un des piliers fondamentaux de notre démocratie ? Comment ne pas admettre le courage intellectuel de ce professeur? Seraient-ils donc en majorité des lâches?Je n’ose y songer….Nos profs sont courageux ! Seraient-ils alors des adeptes du politiquement correct, seraient-ils donc par conséquent des non-intellectuels ? La simple supposition que ce postulat soit vrai m’effraie……Je passe donc à un autre sujet……

 

Ecole de Saint-Rabier |
injustice |
aicpfrance72 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Paulrmiste
| LA FRANCE DU BAS
| SAVOIRS AUTONOMES